Chemin de Compostelle, Saint Jacques de Compostelle

Vous connaissez tous le chemin vers Santiago de Compostelle. Mais qu’en est-il vraiment de ce pèlerinage ? Quand a-t-il commencé et pourquoi ? En quoi consiste-t-il ? Je vais répondre à toutes vos questions car j’ai eu exactement les mêmes au départ de ce pèlerinage. C’est pour cela que je vais vous donner mes astuces afin que vous puissiez profiter au mieux de ce voyage nécessitant force et courage !

Le chemin de Compostelle c'est quoi ?

Le chemin de Compostelle est un pèlerinage catholique dont le but est d’atteindre le tombeau de Saint Jacques le Majeur. Cette dernière se trouve dans la crypte de la cathédrale de Compostelle située en Galice dans le Nord-Ouest de l’Espagne. Connu à partir du XIe siècle, il est devenu en 1492 l’un des trois grands pèlerinages de la chrétienté médiévale comme celui de Rome et de Jérusalem. Il a été déclaré officiellement par le pape Alexandre VI. Les années ont passé et nous avons vu l’amélioration des chemins du pèlerinage plus sûrs. C’est notamment en 1970 que ce changement a eu lieu lorsque la Fédération française de randonnée pédestre s’est occupée de tracer ces chemins. Puis c’est en 1987 que le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle est devenu le premier itinéraire culturel par la Conseil de l’Europe. De plus en plus prisé chaque année, ce pèlerinage offre des décors à couper le souffle au fur et à mesure de votre quête personnelle. Ce dernier attira en 2013 plus de 200 000 pèlerins avec un taux de croissance de plus de 10% ce qui est considérable. Mais que signifie-t-il exactement ?

L’étymologie du nom

Revenons à l’étymologie du nom. Santiago est un nom espagnol signifiant Saint-Jacques. Il s’accompagne du mot Compostelle venant de « campus stella » voulant dire champs d’étoiles. Vous l’aurez deviné, le nom de la ville est en lien avec la légende selon laquelle ce serait un ermite du nom de Pelagos qui aurait découvert le tombeau de Saint-Jacques. A ouïe dire, ce serait une pluie d’étoiles qui l’aurait guidé vers le tombeau, caché depuis des siècles. Mais qui est Saint-Jacques ?

Qui est St Jacques de Compostelle ?

Saint Jacques de Compostelle

Cette figure emblématique du christianisme est un des douze apôtres de Jésus-Christ. Il est plus important que vous le pensez car il est l’un des trois principaux choisi avec Pierre et Jean comme témoin d’évènement cruciaux dans la vie de Jésus. Selon la légende, Jacques partit en direction de l’Espagne avec quelques disciples. Son voyage dura quatre ans et le but était un travail d’évangélisation. Saint Augustin soutient cette thèse de l’évangélisation en 419. Malheureusement, de retour à en Palestine, il fut exécuté ce qui produit un soulèvement populaire important. Il fut alors le premier apôtre à verser son sang pour le Christ. Ne voulant pas laisser sa dépouille là-bas, les disciples de Saint-Jacques l’auraient alors recueilli pour la déposer dans une barque en destination de la Galice. Une fois arrivée à Padrón au sud de Santiago de Compostelle, son corps aurait été enterré dans un « compostum », latin de cimetière. Il s’agit également d’une des étymologies possible de Compostelle. Resté inconnu pendant des siècles, il aurait été découvert ensuite par l’ermite Pelagos. Et voici comment l’histoire du chemin de Santiago de Compostelle commença.

La préparation de votre voyage

Lors de ce voyage, il faut que vous vous prépariez avec un matériel adapté. Très prévoyante, je prends souvent trop de choses afin de prévoir n’importe quel imprévu ainsi que suffisamment d’habits de rechange. Grosse erreur car vous partez pour une marche de 800 km. Il faut vous restreindre et prendre seulement le strict minimum.

La préparation de votre sac

Pour partir faire le pèlerinage de Santiago de Compostelle il faut bien évidemment un sac à dos. Sa contenance doit approcher les 30L. Vous pourrez y mettre votre gourde ainsi qu’un couteau suisse qui vous sera très utile. Un nécessaire de toilette dans une petite pochette ainsi qu’une serviette et un déodorant irremplaçable ! Je vous conseille aussi et surtout un nécessaire de soin comprenant une pommade pour les pieds, des pansements, un désinfectant ainsi que des plaquettes de doliprane et une crème solaire. En ce qui concerne vos habits, prévoyez 2 tee-shirts, 1 pull, 1 pantalon, 1 short, 3 slips et 3 paires de chaussettes. Ajuster la quantité de pantalons ainsi que de shorts suivant la période de l’année. Il est évident que vous n’allez pas prendre de short si votre pèlerinage se situe en hiver avec des températures froides. Il n’est pas nécessaire de prendre plus d’habits car votre sac sera trop lourd. Croyez-moi j’en ai fait l’expérience. Une technique pour laver votre linge ? Utilisez les machines ou les points de lavage dans les auberges dès votre arrivée ils pourront ainsi sécher et vous les mettrez directement dans votre sac le lendemain. Il est évident que certains imprévus vont apparaître. Lors de mes visites dans les villages, j’ai perdu trop de temps, émerveillée devant les architectures des cathédrales et les paysages. Je suis arrivée trop tard à l’auberge et je n’ai pas pu faire sécher mon linge. Par le plus grand des hasards j’avais des épingles à nourrice dans mon sac. Elles m’ont été d’une grande aide puisqu’elles ont permis d’accrocher mes habits mouillés à mon sac à dos. Ils ont donc séché dans la journée et je les ai mis la journée suivante.

Votre meilleur ami pour ce voyage ? Votre paire de chaussures bien sûr ! Elle doit être aérée et confortable pour ne pas vous blesser ou vous fatiguer trop rapidement. Eviter les chaussures peu chers car elles ne vous tiendront pas toute la distance et les magasins de sport se font rares sur le chemin. Avec elles, le bâton de marche vous sera très utile lors des montée difficiles et lorsque la fatigue vous atteindra. Un duvet sera également le bienvenu plié dans votre sac ou sur son dessus. Il n’est pas nécessaire de prendre un plus gros car les auberges vous accueillant auront leurs couchages. Pour pallier au froid lors des grosses pluies, privilégiez le poncho qui évitera que vos habits soient mouillés et humides. A contrario, lors des périodes chaudes et ensoleillées, privilégiez le chapeau ou la casquette afin de ne pas avoir de coup de soleil. Outre les vêtements et matériels de soin, je vous conseille d’emmener un guide. Enfin non je ne vous le conseille pas je vous le recommande impérativement. Il évitera que vous ne vous perdiez. Ce ne fut pas mon cas mais cela est déjà arrivé. Une déviation trop importante de votre route vous fera perdre un temps précieux et surtout de l’énergie. Ce guide vous indiquera la marche à suivre entre les différentes étapes. C’est à peu près tout non ? Et non, le plus important reste à prévoir.

Il n’est pas nécessaire d’emmener trop de nourriture. Tout au long du chemin vous trouverez des épiceries et des bars pour manger et vous désaltérer. Ne vous chargez donc pas trop. Un dernier petit conseil ? Surveillez et soignez impérativement vos pieds. Si vous voyez le début d’une ampoule ou d’un échauffement attention pensez aux pansements et aux crèmes réparatrices. Sans vos pieds, vous n’irez pas très loin !

Le carnet de pèlerin

Ce carnet est essentiel lors de votre pèlerinage. Sans lui, vous ne pourrez valider vos étapes et ainsi vous ne pourrez recevoir à l’arrivée le célèbre certificat de pèlerinage. Il justifie donc de votre qualité de pèlerin permettant de bénéficier des avantages qui lui vous sont accordés. Vous avez par exemple l’accès à certains gîtes réservés. Il vous permet, à chaque étape, d’acquérir un tampon accompagné de la date de passage. Vous justifiez ainsi de votre itinéraire parcouru. Une fois votre pèlerinage parcouru, vous obtiendrez la Compostella ou certificat de pèlerinage. La condition sine qua non est d’avoir parcouru au moins les 100 derniers kilomètres à pied ou 200 km à vélo et de les avoir fait valider dans votre carnet. Cette certification se rattache à une tradition médiévale. Cette dernière voulait qu’un pèlerin rapporte un témoignage de son arrivée au sanctuaire. C’est en quelque sorte un trophée après ce long mois de marche intensif.

Pour l’achat de ce carnet, je vous conseille les sites web des associations Jacquaires. Autrement, vous pouvez vous rendre à la direction des pèlerinages si le départ est du Puy en Velay. Dans le cas où le départ est de Vezelay, rendez-vous au presbytère. Pour les autres villes, n’hésitez pas à vous rendre dans les librairies religieuses ou les offices de tourisme qui peuvent en avoir quelques-uns. Le prix oscille dans les alentours de 8 et 10€.

Chemin de compostelle

Quand faire le chemin de Compostelle ?

Chaque pèlerin est unique et n’a pas la même réaction à la chaleur ou au froid. Personnellement, j’y suis allée de mi-mai à mi-juin. Cette intersaison permet d’avoir des températures clémentes sans être trop chaud dans la journée et trop froid la nuit. Si vous êtes amateurs des grosses températures, je vous conseille le mois de juillet et août où les températures seront très chaudes dès 10h du matin ! Vous ne craignez pas le froid ? Vous êtes plutôt fait pour partir entre mi-octobre et avril où les températures seront hivernales et la neige au rendez-vous. La dernière période possible est de mai à juin mais elle sera très pluvieuse.

Quelle route pour le chemin de Compostelle

Venons-en au parcours en lui-même. Il existe deux routes : el Camino del Norte, route peu sûr accueillant beaucoup de loups, et el Camino Francès, principal chemin du pèlerinage. En général, les pèlerins partent de Saint-Jean-de-Port pour arriver à Saint-Jacques de Compostelle au bout de 800 km et 33 jours de marche. Le rythme est d’environ 25 km par jour avec un rythme normal. Ménagez-vous dans les débuts car le dénivelé est important et la marche éprouvante pour un corps non adapté au sport intensif. Une fois passé, essayez de garder des distances égales entre chaque étape pour ne pas vous fatiguer de trop dans les débuts.

Etape 1 : Saint-Jean-Pied-de-Port

Cette très jolie ville basque est une cité fortifiée datant de la fin du XIIe siècle. Votre pèlerinage commencera dans la vieille ville, enceinte médiévale très appréciée. La visite de l’église gothique Notre Dame du Bout du pont est à ne pas rater avec son portail gothique à colonnettes et ses chapiteaux sculptés. La citadelle vous attend également construite vers 1625.

Entrée dans le royaume de Navarre

Etape 2 : Huntto - 4 km (distance à parcours depuis la dernière étape)

Etape 3 : Roncevaux - 23 km

Très petit, la commune de Roncevaux ne vous laissera visiter que le monastère situé en son cœur. Il remonte au XIIe siècle.

Etape 3 : Larrasoana - 27 km

Etape 4 : Pampelune - 17 km

Capitale du royaume de Navarre, Pampelune renferme la magnifique cathédrale Santa Maria à visiter impérativement. N’oubliez pas l’église Saint Nicolas et l’église San Santurnino avec son style roman et gothique.

Etape 5 : Cizur Menor - 26 km

Cizur Menor vous propose la visite de son église San Miguel Arcangel faisant partie du monastère des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Il y a également l’église de San Emeterio et San Celedonio au centre du village.

Etape 6 : Puente la Reina - 19 km

A Puente la Reina, le pont des pèlerins vous attend ainsi que l’église de Santiago. Un détour est possible pour passer par la chapelle d’Eunate d’une grande beauté.

Etape 7 : Estella - 22 km

Toujours en Navarre, vous passerez par Estella et son église de San Pedro de la Rua offrant une vue imprenable sur le palais des rois de Navarre. Il y a également la basilique de Notre-Dame du Puy avec son célèbre tableau de la Vierge du Puy, patronne de la ville. En vous rendant à votre auberge, passez pas la Plaza de San martin, au centre du quartier des Francs Bourgeois.

Etape 8 : Torres del Rio - 28 km

Dernière étape du royaume de Navarre se situe à Torres del Rio. Vous y verrez l’église Saint Sépulcre l’un des monuments les plus singuliers du chemin et l’un des meilleurs exemples du roman tardif de la région. La chapelle Nuestra Senora del Poyo est également un beau lieu à voir.

La province de la Rioja

Etape 9 : Logroño - 21 km

Capitale de la Rioja, Logroño possède un riche patrimoine historique étroitement lié au pèlerinage de Compostelle. Elle offre notamment la célèbre fontaine des pèlerins ainsi que l’église de Santiago el Real.

Etape 10 : Azofra - 33 km

A Azofra, vous aurez l’église Nuesta Senora de los Angeles. D’une grande beauté, elle se situe non loin de la fontaine de los Romoneros. Il s’agit du nom des pèlerins qui se rend à Rome.

La région de Castille-et-León

Etape 11 : Redecilla - 26 km

Le seul lieu à visiter à Redecilla est l’église de Nuestra Senora del Camino avec les plus beaux fonts baptistaux romans encore intacts.

Etape 12 : Villafranca Montes de Oca - 24 km

Les monts d’Oca sont très célèbres notamment grâce au miracle qui s’y est déroulé. Il s’agit du 16e miracle de Miraculi Sancti Jacobi. Un enfant serait revenu d’entre les morts en expliquant qu’il aurait vu Saint-Jacques lui ordonnant de retourner à Compostelle. Outre ces montagnes, rendez-vous aux ruines de l’ancien monastère San Felix de Oca datant du IXe siècle.

Etape 13 : Cardanuela - 27 km

Etape 14 : Burgos - 15 km

Toujours dans la province de Castille-et-León, la ville de Burgos vous propose de magnifiques vestiges de l’époque médiévale en plus d’une cathédrale inscrite au Patrimoine de l’UNESCO. Il s’agit d’un chef d’œuvre architectural de l’art gothique espagnol.

Etape 15 : Rabe de la Calzada - 21 km

Etape 16 : Castrojeriz - 28 km

Si vous aimez les châteaux, allez visiter celui de Castrojeriz vous ne serez pas déçu.

Etape 17 : Frómista 25 km

A Frómista, visitez l’église de San Martin, une des églises romanes les mieux conservées d’Europe.

Etape 18 : Calzadilla de la Cueza 38 km

A cette 18e étape, n’hésitez pas à aller voir Las Tiendas, ancien monastère et hôpital de pèlerins.

Etape 19 : Bercianos del Camino - 24 km

Etape 20 : Reliegos - 27 km

Etape 21 : León - 27 km

Capitale de la province de León, elle propose une magnifique cathédrale. En effet, la cathédrale Pulchra Leonina est vue comme la chapelle Sixtine de l’art roman espagnol car c’est l’une des cathédrales les plus impressionnantes d’Espagne. Il y a également la basilique San Isidoro ainsi que la Plaza Mayor de la ville. N’oubliez pas de faire un détour par la Casa de los Botines réalisée par Antonio Gaudi.

Etape 22 : Villar de Mazarife - 23km

Etape 23 : Astorga - 30 km

A Astorga, ne manquez pas la cathédrale de Santa Maria avec la statue de Saint Jacques au-dessus de l’entrée. J’en ai de très bons souvenirs. Passez également devant le palais épiscopal d’Antonio Gaudi et la tour de l’horloge de Maragato.

Etape 24 : Foncebadón - 25 km

Très petite localité de Castille-et-León, Foncebadón ne vous propose rien à visiter excepté la Cruz de Ferro.

Etape 25 : Ponferrada - 25 km

Très peu sur le chemin, les châteaux se font rares. Mais à Ponferrada, vous aurez le très célèbre château des templiers, haut lieu touristique. Il y a également la basilique de la Encina avec la représentation de la sainte patronne de la ville la Vierge de la Encina.

Etape 26 : Villafranca del Bierzo - 24 km

Dans cette petite commune vous pourrez visiter l’église de Santiago à Villafranca ainsi que le couvent de Los Padres Paúles.

Etape 27 : La Faba - 30 km

La région de la Galice

Etape 28 : Triacastela - 26 km

Etape 29 : Sarrià - 19 km

Etape 30 : Portomarín - 24 km

Vous aurez l’église San Nicolas ainsi que le pont de Portomarín, passage incontournable des pèlerins.

Etape 31 : Palas del Rei - 26 km

Etape 32 : Arzúa - 29 km

Etape 33 : Arca de Pino - 21 km

Etape 34 : Saint-Jacques de Compostelle - 21 km

Capitale de la Galice, elle offre un centre historique inscrit au Patrimoine Culturel de l’Humanité de l’UNESCO depuis 1985. La fin du pèlerinage se situe d’ailleurs en son centre non loin de la cathédrale dédiée à l’apôtre Jacques de Zébédée aussi appelé Saint Jacques.